La saga des centres jeunesse et un forum sur l'autisme décevant …

Ouf ! Ce fut toute une semaine pour votre d put . Mais je pense que a en valait la peine.

Voyez plut t: Ressources interm diaires: 2500 personnes risque de perdre leur h bergement La semaine derni re, j ai d nonc 1 , lors d un point de presse 2 , les coupes lib rales dans les ressources interm diaires (RI) et les ressources de type familial (RTF) qui h bergent des milliers de personnes ayant une d ficience physique ou intellectuelle, ou encore un trouble du spectre de l autisme ou de sant mentale. J ai demand la ministre Charlebois un moratoire d urgence sur leur financement ainsi qu une r valuation de la grille d valuation par le Commissaire la sant et au bien- tre afin que cette grille r ponde aux besoins r els des usagers. Rien ce jour n a t fait dans ce dossier!

Quelque 2500 personnes handicap es risquent de perdre graduellement leur h bergement compter du 15 f vrier, donc lundi, si la ministre ne fait rien. Je tiendrai d ailleurs un point de presse ce sujet lundi matin. Fugues et exploitation sexuelle: les ministres lib raux n agissent pas La saga des fugues dans les centres jeunesse s est poursuivie toute la semaine.

Lundi, Carole Poirier et moi avons r v l qu une des premi res d cisions du gouvernement dans ce dossier, en 2014, a t de refuser la demande du Service de police de la Ville de Montr al pour le financement de son escouade m tropolitaine mixte pour lutter contre la prostitution et la traite de personnes. Cela s ajoute aux coupures dans le budget des centres jeunesse de 20 millions de dollars par ann e! Mardi et les jours suivants Qu bec, mes coll gues Carole Poirier, Pascal B rub et moi avons interrog les ministres Charlebois et Coiteux ce sujet: ils vivent dans le d ni.

J ai d nonc la situation sur plusieurs plateformes: Forum national sur l autisme Je suis intervenu plusieurs reprise l ann e derni re afin de rappeler la ministre Charlebois l urgence d agir pour les autistes qui manquent de services. Au lieu de diminuer les listes d attente pour les enfants autistes et augmenter l offre de services, elle a d cider qu il fallait en jaser lors d un forum. J ai donc particip ce forum jeudi et vendredi, en tant qu observateur.

Les discussions ont confirm ce qu on savait: les besoins sont criants et un r investissement est n cessaire. J ai donc pass deux jours avec des parents d autistes, des autistes, des professionnels de la sant , des chercheurs, des personnes d vou es, engag es, qui s taient d plac es en esp rant enfin de l action. Quelle d ception !

La ministre leur a annonc : la publication d un plan d action d ici 11 mois. Peut- tre de l argent dans le budget de 2017 ! D plorable!

Elle a d u et d motiv tout le milieu de l autisme. (J ai fait une synth se de la situation sur ma page Facebook 3 ) J ai au moins soulign cette semaine, l Assembl e nationale, les 40 ans de la F d ration qu b coise de 4 l autisme . 5 Je vous invite galement signer la p tition que je parraine Sauvegarde des r sidences sp cialis es en autisme et en troubles graves du comportement 6 . Bonne semaine ! . Mettez-le en favori avec son .

N Thetford Mines le 13 f vrier 1958, Jean-Fran ois Lis e obtient une licence en droit de l Universit du Qu bec Montr al en 1979 et une ma trise en communications de la m me institution en 1991. Il poursuit des tudes Paris en 1981 au Centre de Formation des journalistes de la rue du Louvres avant de devenir journaliste ind pendant pour divers m dias qu b cois et fran ais, dont le Soleil, la Presse et Radio-Canada, et il publie quelques textes dans Le Monde, Lib ration et l Express. la fin des ann es 1980, il est correspondant Washington pour La Presse, L actualit et l’hebdomadaire fran ais L’ v nement du jeudi.

la m me poque il signe des textes d opinion dans le Washington Post, le New York Times et l International Herald Tribune. Il est r dacteur en chef adjoint de L actualit de 1990 1992. En 1994, au lendemain de l lection du Parti qu b cois, il devient conseiller du premier ministre Jacques Parizeau et participe l laboration et la mise en oeuvre de la strat gie r f rendaire de 1995.

la suite de la d mission de M. Parizeau, il exerce les fonctions de conseiller politique sous Lucien Bouchard et ce, jusqu en 1999. De 2001 2004, il est chercheur invit au D partement de science politique de l Universit de Montr al puis Sciences Po Paris.

En 2004, il co-fonde le Centre d tudes et de recherches internationales de l Universit de Montr al (C RIUM), dont il demeure le directeur ex cutif jusqu en 2012. En 2007, il conseille la chef du Parti qu b cois, Mme Pauline Marois, relativement un projet de loi sur l identit , duquel maneront des propositions de Constitution et de citoyennet qu b coise, puis de Charte de la la cit . M.

Lis e est l auteur de nombreux essais remarqu s sur la politique et l identit qu b coises. En 1990, il publie Dans l il de l aigle, sur l attitude am ricaine envers le mouvement ind pendantiste qu b cois. Un essai qui lui vaut le Prix du gouverneur g n ral.

Il fait aussi para tre Le tricheur et Le naufrageur (1994), sur la vie politique qu b coise au lendemain de l chec des accords du Lac Meech, Sortie de secours : comment chapper au d clin du Qu bec (2000), Nous (2007), Pour une gauche efficace (2008) et Comment mettre la droite K-O en 15 arguments (2012), puis le livre, Des Histoires du Qu bec (2012). De 2009 2012, il commente r guli rement l actualit politique, sociale et conomique sur un des blogues politiques les plus lus de la Francophonie. Ministre, il continue tenir un blogue jflisee.org Cet hyperlien s ouvrira dans une nouvelle fen tre..

En ao t 2012, il se pr sente comme candidat du Parti qu b cois dans la circonscription de Rosemont et est lu le 4 septembre References ^ j ai d nonc (www.fil-information.gouv.qc.ca) ^ point de presse (youtu.be) ^ sur ma page Facebook (www.facebook.com) ^ F d ration qu b coise de (www.autisme.qc.ca) ^ l autisme (www.autisme.qc.ca) ^ Sauvegarde des r sidences sp cialis es en autisme et en troubles graves du comportement (www.assnat.qc.ca)